Archives par mot-clé : archives

Il y a un siècle… Un vendredi noté 60/100 dans la vie de Lartigue

Vendredi 2 janvier 1914

Couvert froid (0° à -3°). Un peu de neige.

10H. L. d. T. Je teleph à Charly (il va patiner à Versailles). Je teleph à Pigueron (ns irons faire du ski ensemble tantôt). J’écris à Rico. 12 ½ dej. (Mamie, ZYX, Madeleine). 1 ½ Je vais chez Pigueron. Mamie et Madeleine viennent et m’attende (sic) dans l’auto. J’y vois Pigueron et Mme Pigueron, De Rauch, M et Mme Bourgeois, Madeleine, Suz et Yvonne viennent. Nous partons tous. Je les présente à Mamie. (Moi avec Mamie et Mad dans notre auto). Ns allons à Ville d’Avray. Je pars en ski avec Germaine et Pigueron, de Rauch, Madeleine Bourgeois et Yvonne. Ns allons à travers les bois. Ns faisons de belles descentes : Mamie, Madeleine, M et Mme Bourgeois et Suz. Bourgeois ns suivent à pieds. 4 ¾ ns allons chez Cabassud où ns goûtons tous (chocolat). 5 ½ ns rentrons. Je me rhabille, pianola. Je marque. Je prépare le cinéma. 7 ¾ dîner. Je cale des films. 10 ½ C1.


Double-page de carnet 1914 par Lartigue, 2 et 3 janvier 1914 @ Ministère de la Culture, AAJHL, France.

 

Voici une retranscription de notes rédigées par Lartigue en 1914, dans son carnet, le vendredi deux janvier. Le temps est indiqué, ainsi que la température. Un petit dessin en haut à droite représente le ciel « couvert » avec « un peu de neige ».

Dans les années dix, Lartigue avait pour habitude de décrire ses journées succinctement. L’heure est précise ainsi que  les noms des personnes qui l’accompagnent. En ce deux janvier 1914, après le Lever (avec un grand L majuscule) et le déjeuner (avec un peu d), la matinée est occupée par le Travail (qui prend ici un grand T mais qui peut aussi certains jours être réduit à un simple petit t). Ce Travail consiste essentiellement à contacter les amis : il écrit des lettres, il leur téléphone. L’après-midi, il skie comme toutes jeunes personnes de bon-ton de la haute-bourgeoisie. Vers quatre heures, c’est l’heure du goûter au restaurant Cabassud2. Puis il « rentre », « se rhabille » et « marque ». Ou plutôt, il marque qu’il marque. Mais la journée n’est pas finie. Après le dîner, il va « caler » des films car le lendemain après le goûter il s’amusera à projeter ses propres films à ses amis. Puis, il se couche. La journée a duré dix heures et demi et se résume en une seule page de carnet. Une petite note en bas à gauche nous laisse deviner que la journée a été « réussie » : elle a la note de 60 sur 100, ce qui dépasse la moyenne…

C’est une journée sans photographie et sans cinéma pourtant… Il faudra attendre encore quelques jours avant que des images apparaissent dans les albums. En effet, la première page de l’album 1914 ouvre sur une photographie de paysage enneigé prise le 15 janvier, le jour où Lartigue arrive à Chamonix (la journée du 15 janvier est notée 62/100).

Ce fut une “bonne” journée : il a skié avec ses amies. Cette activité a été la plus mémorable. Elle résume à elle seule la journée. Le dessin qui accompagne le texte sur la moitié de la page de carnet signale bien ici son importance. Lartigue par le dessin en fait un événement3. Le dessin vient en complément de l’écriture. Il complète une mémoire défaillante, celle de tous les jours, celle qui serait écrite mais insuffisante. L’événement n’a pas été photographié. Le dessin comble ce “vide photographique”.

Une petite légende «  + Ski ! Germaine, Madeleine Bourgeois4 » nous indique que le « bonheur en plus » a été ce moment-là, précisément, à faire du ski avec Germaine et Madeleine. Sur la première page ouvrant le carnet 1914, Lartigue dresse la liste de ses annotations. On peut y lire : « + = du bonheur en plus ». Il précise aussi brièvement :  « en bas de la page note de 1 à 100 sur ce que j’ai été heureux (mais 50 c’est déjà un bonheur beaucoup beaucoup plus grand que la moitié) ».

Si 50 est plus grand que la moitié, alors 60 « marque » une bien belle journée avec « du bonheur en plus », pourtant sans photographie ni cinématographe…

J’en profite pour vous souhaiter à tous une année 100/100 en 2014!!

 

  1. Jacques H. Lartigue, notes, le 2 janvier 1914, carnet 1914, AAJHL, Paris. []
  2. L’établissement situé à Ville d’Avray, borde le lac et la forêt. En ce début de siècle, considéré comme l’un des restaurants les plus coquets des environs, il était fréquenté par la bonne société. Restauré après la Grande Guerre, il comprenait : « Deux beaux jardins ornés de bosquets et grands arbres, 14 cabinets, kiosques et chalets confortables, dont un en forme de Robinson. Appartements et chambres meublés, le tout ayant une vue très étendue. Un grand salon de 150 couverts, avec 14 ouvertures, pour noces et banquets est situé au milieu du jardin. Un réservoir d’eau de Seine tient à toutes heures du poisson frais et des écrevisses. Écurie et remise. Établissement de bains. » []
  3. Nous noterons en effet ici que sur la page suivante, celle du 3 janvier et légendée 55/100, ne figure aucun dessin… []
  4. Germaine et Madeleine Bourgeois sont sœurs avec Suzanne et Yvonne. Filles du célèbre fabriquant de gouaches et de peinture à l’huile, elles auront toute une activité sportive dans les années 10. Germaine, mariée à Francis Pigueron est joueuse de tennis. Elle jouera notamment en double avec Dupont au championnat de France de Paris en mai 1914. Madeleine, mariée à Didi de Rauch, sera elle aussi tenniswoman mais également styliste, spécialisée dans le sportswear. Elle sera créatrice de parfums  à la fin des années 20. Yvonne est peut-être la plus connue, en tant que championne de patinage. Elle sera championne de France en couple avec Louis Magnus en 1922 et 1923 et médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de 1924 à Paris aux côtés de Marguerite Broquedis. []

Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon

Je suis heureuse d’annoncer que j’ai soutenu ma thèse “JACQUES HENRI LARTIGUE SOUS LE REGARD DE RICHARD AVEDON. La question de l’œuvre et de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970)” (sous la direction de M. Michel Poivert) le samedi 14 décembre 2013 à l’INHA à Paris. Reste maintenant à la publier…

0122V66-0123R66. Novembre 1966. Double-page de l’album 1966 de Lartigue, qui est ici invité par Avedon sur un shooting pour Vogue (avec le mannequin Verna Lisi) à Ministère de la Culture / AAJHL, France.

 

La recherche et le développement de la base de données Lartigue

 En 2000, Florette Lartigue, la dernière femme de Lartigue, a légué un important fonds d’archives à la Fondation de France. Un long travail de valorisation des archives a été alors entrepris pendant cinq ans. En collaboration avec l’Association des Amis de Jacques Henri Lartigue, j’ai créé et développé une base spécifique à Lartigue, regroupant images (de l’AAJHL) et archives des deux parties. Celle-ci s’est constituée en priorité autour de la collection des albums, que je considérais comme étant les plus représentatifs de son œuvre, par la profusion d’images (environ seize mille pages), les choix des compositions opérés par Lartigue et la durée dans le temps (de 1900 à 1986). La recherche, qui se concrétise désormais sous la forme d’une thèse universitaire a débuté par l’inventaire, la description et l’élaboration de liens multiples entre les albums et les archives (noms, dates, lieux). Plus de neuf mille numéros d’archives (correspondance) ont été indexés et plusieurs milliers de pages d’albums décrites. Les carnets et le journal intime tapuscrit ont été également archivés, ce qui a permis de constituer une base de données en rapport avec les évènements du quotidien de Lartigue sur près de soixante-dix ans. Il s’est également avéré pertinent de procéder à la construction d’une base permettant de rentrer par occurrence de mot dans le journal intime. Le développement de cette base, effectué de 2000 à 2005, s’est poursuivi de 2010 à aujourd’hui en parallèle de ce travail scientifique. Les deux vont ensemble. Ils font bloc. L’étude n’aurait pu se faire sans cet outil, qui s’est également enrichi des fruits de mes recherches.

 

La thèse

 En 1970, sort la deuxième monographie sur la photographie de Jacques Lartigue, Diary of a Century. Elle est conçue par Richard Avedon, de renommée internationale en tant que photographe de mode américain pour Harper’s Bazaar et Vogue. Lartigue n’est alors toujours pas considéré comme un véritable artiste. Grâce à Avedon, le public va découvrir pour la première fois une œuvre prolifique, ancrée dans la vie de l’artiste, avec des écrits personnels, des pages de carnet, des croquis et des images qui vont bien au-delà de la Belle Époque, période à laquelle la photographie de Lartigue avait été alors cantonnée, suite à l’exposition au Museum of Modern Art à New York en 1963.

Pour Avedon, lorsqu’il commence à préparer le livre, il semble évident qu’il est temps que Lartigue soit reconnu pour son « œuvre totale », celle des albums, que Lartigue a composés toute sa vie durant presque soixante-dix ans. Lors de leur première rencontre en 1966, Lartigue a soixante-douze ans et Avedon quarante-trois. Une génération les sépare. Cet écart est essentiel dans notre étude. Il  a fallu en effet une boucle, un cycle, de 1910 à 1970 pour que la photographie de Lartigue soit enfin consacrée en tant « qu’œuvre artistique ». C’est par ce renouvellement ou cette continuité des années dix durant les années soixante, dans ce contexte particulier, qu’une évolution de son œuvre se met en place. Nous déterminerons les nombreuses affinités entre le milieu d’Avedon, celui de la mode aux Etats-Unis dans les années soixante, et celui de Lartigue, en tant que jeune photographe mondain de la Belle Époque.

Notre étude porte essentiellement sur la question de l’œuvre et de l’album photographique de Lartigue, sous le regard d’Avedon. Celui-ci pour la première fois, en tant que personne extérieure au cadre familial de Lartigue et photographe célèbre de surcroît consultera l’intégralité des albums, classés, mis en page et légendés par Lartigue. En véritable « metteur en page » en plus de « découvreur » de ses images, Avedon réussira à inscrire la production lartiguinienne dans l’histoire du XXe siècle, mais aussi dans l’histoire d’une vie. Il fera de lui un artiste, l’auteur d’une œuvre-monument, exceptionnelle traversant tout le siècle. La vision d’Avedon, avec Diary of a Century, va influer sur la réception critique de l’œuvre de Lartigue, perçu dès 1972, comme l’auteur d’albums de famille, composés d’images-icônes et non plus seulement un simple dilettante naïf et précoce issu d’un milieu bourgeois.

Or, au même moment, Lartigue va transformer lui-même la structure de ses propres albums, en les démontant et remodelant. En sacralisant certains clichés, en les portant aux nues comme de véritables chef-d’œuvres, Avedon va bouleverser, sans le savoir la vision de Lartigue de ses propres albums, qui jusqu’ici gardaient vif un instant du passé. En cela, l’accumulation, la transformation et la modification continue des albums font œuvre. Sa vie durant, Lartigue va élaborer un véritable système d’écriture de soi. Ce ne sera plus le travail d’un amateur sérieux mais celui d’un artiste, élaborant un projet complexe et méthodique, une œuvre organisée et compliquée, questionnant le statut de l’image photographique entre l’icône et l’image multiple, entre l’image performée et authentique, entre art et amateurisme. Parler de cette lente évolution vers sa reconnaissance en tant qu’ « artiste-photographe », c’est aussi montrer à quel point, parce qu’il a œuvré de manière unique, il a su presque sans le vouloir, fabriquer une œuvre originale.

Imprimer sur l’onde

« Très souvent, des lueurs passeront durant une insomnie de quelques minutes, d’une seconde peut-être : il faut les fixer. Les confier au cerveau détendu, c’est imprimer sur l’onde ; il y a grand’chance pour que le lendemain ne porte même pas la trace d’un vague incident. Faites donc mieux. Ayez sous la main un bloc-note ou une boîte de fiches. Notez sans trop vous réveiller, sans allumer s’il se peut, puis replongez-vous dans vos ombres. »1


Noter, c’est « imprimer sur l’onde ». Une note peut être fixée, mais l’on sait très bien quand on fait de la recherche, qu’elle n’a de sens, non pas en tant qu’objet autonome mais bien au au sein d’un corpus, d’un ensemble, avec ses ombres et ses lueurs. Tout n’est pas important, mais le tout ou plutôt le regroupement est essentiel dans un projet scientifique.

Je viens de finir ma thèse dans laquelle j’aborde l’œuvre de Jacques Henri Lartigue vue sous le regard de Richard Avedon à partir de la publication de Diary of a Century2. Avant d’attaquer le projet de recherche, des milliers d’archives ont été décrites « en dehors » de toute problématique, à partir de données historiques (dates, lieux, personnalités..). Des milliers d’images ont également été indexées. L’œuvre est vertigineuse : 130 albums, 16 000 pages, 120 000 images, et 8000 numéros d’archives (notes et correspondances). Au moment d’entamer concrètement la recherche, l’outil sur le fonds volumineux et varié d’images et d’archives liées à Lartigue existait déjà. En parallèle, comme pour tout chercheur, des tonnes de notes, de citations, d’idées, d’interrogations s’accumulent qu’il faut un moment trier, classer, et hiérarchiser lors de l’élaboration de la problématique et la définition du plan. S’ensuit le moment de la rédaction, où s’opère un nouveau classement, plus précis, qui forcément met de côté ou plutôt élimine certaines idées. On se dit qu’elles auront leur place, un moment, plus tard… Et puis, finalement, elles restent à l’écart, pour être complètement oubliées. Elles ont bien existé, mais elles ne feront pas partie du « lot gagnant ».

Que fait-on des notes ? Comment traiter par exemple les notes d’un artiste, surtout quand celles-ci sont éparses, disséminées, reliées à rien de spécifique, telles qu’une exposition ou publication ? Comment valoriser des brouillons, des mots jetés sur le papier, qui n’ont de sens à priori que pour l’auteur à un moment donné? Ces questions, je me les suis posées en rapport à plusieurs fonds, celui de Lartigue, ou encore celui de Hans Hartung. Des notes, sans lien aucun, sont difficilement « archivables ». Il faut des points d’appui, des données historiques, comme une date, un nom, un lieu. Une idée déjà pose problème : un mot laissé par Lartigue sur l’aspect « organique » des albums, par exemple, à moins d’avoir une base informatique qui recense des thématiques, a peu de chance d’être pertinent en soi. Alors comment faire pour ne pas perdre l’information, qui pourra un jour s’avérer intéressante, sans que l’on ait eu un moment l’impression qu’elle l’était ? Cette question est un problème fondamental pour le chercheur.

L’après-thèse (je n’ai pas encore soutenu) aurait dû être libérateur. Dans les universités américaines, il est coutume de jeter ses notes en l’air lors de l’obtention du diplôme de fin d’année. Je les ai gardées. Celles qui ont des parties « non utilisées ». Par fétichisme, sûrement… Un peu comme on traite les archives, car on ne sait jamais, une note, en rapport avec une autre, prend un autre sens, gagne en saveur même. C’est tout le plaisir de la recherche, comme du développement de bases de données scientifiques. Alors que faire de ces notes « non exploitées » ? Pendant tout le temps de la rédaction, à portée de main se trouvait la base Lartigue. Il manquait l’outil permettant d’ordonner les notes sur papier en lien avec le travail d’écriture. Les moyens utilisés pour combler cette lacune pourraient être qualifiés d’« archaïques » pour notre époque : les gammes de couleur, les ratures, les multiples impressions papier, les découpages… Il y avait une contradiction totale par rapport à la manière dont le corpus avait été appréhendé sous la forme de données numériques (albums photographiées, archives scannées, données sous forme html ou xml), c’est-à-dire modulables, interchangeables et infiniment plus « mobiles ». Il aurait fallu un moyen de rendre accessible ce volume incroyable de notes prises sur plusieurs années, tenant compte des changements dans la réflexion, des tris multiples inhérent au temps de la recherche (une bonne idée un moment peut ne plus l’être sur la durée). Cet outil aurait eu comme avantage majeur de regrouper toutes les idées, ensemble, de les avoir à portée de main. Les visualiser en bloc, c’est déjà en soi un progrès énorme (comme de visualiser des centaines de pages d’album sur un seul écran). Les croiser entre elles, les faire circuler s’avère être une étape encore plus importante. Car revenir sur des éléments de recherche, en proposer une nouvelle lecture constitue le propre d’un travail scientifique.

Le blog aurait pu être cet outil. On ordonne, on empile, on classe, on déclasse, c’est déjà un début. On ne perd pas surtout. Les idées, s’il y en a, les questionnements sont ainsi « marqués » (on emploie ici consciemment un terme de Lartigue, qui dans ses carnets notait à la fin de certaines journées : « je marque mon carnet » pour signaler qu’il écrivait bien son journal…)… Bref, on archive.

Attractions va peut-être me permettre d’éviter de devoir conserver des kilos de papier sur lequel sont annotés, griffonnés de nombreuses hypothèses de travail, d’interrogations, d’idées en suspens sur des aspects de la photographie qui m’intéressent : les outils numériques de recensement (le vrac d’images numériques), le cas Lartigue (les albums), la mode (ses magazines, ses sites internet), la question de l’image-multiple (vs l’image iconique), celle de l’image construite (fictionnelle) et instantanée (le document), la représentation sociale (celle de la haute-bourgeoisie), ou encore et surtout même, l’archivage…

Marcel Duchamp, Manuel d’instruction pour Étant Donnés, 1946-1966

  1. A. D Sertillanges, La Vie intellectuelle, Paris, Editions de la revue des jeunes, 1921, p. 87. []
  2. Richard Avedon, Bea Feitler, Jacques Lartigue, Diary of a Century, New York, Viking Press, 1970 []