L’ASAC (Archivio Storico delle Arti Contemporanee), ses archives, son lieu

Arrivée à VEGA, le long de l’autoroute et du chemin de fer. Porto Marghera.

Tout le monde sait que la recherche implique patience, ténacité, concentration et surtout une grande motivation. Quitter Venise pour se rendre à l’ASAC, reconnaissons-le est douloureux : le lieu est bien loin du charme vénitien. Situé à Porto Marghera, il faut prendre le bus à Piazzale Roma, puis sortir à Libertà (20 mn de trajet), traverser l’autoroute pour accéder à VEGA, grand parc technologique dédié aux sciences1. Là-bas, on s’y perd et l’environnement est quelque peu hostile. Il n’y rien à voir si ce n’est des bureaux et des laboratoires. En effet, le complexe rassemble près de 200 entreprises spécialisées dans les nano et biotechnologies, les télécommunications et médias numériques. A sein de cette énorme infrastructure se situe l’ASAC, les archives historiques d’art contemporain de la Biennale de Venise.

L’ASAC, à Porto Marghera

Inaugurées en 1928 sous le nom d’ « Institut historique de l’art contemporain », la Biennale s’est ainsi dotée d’une structure spécifique chargée de la préservation du fonds documentaire relatif à ses évènements. Les débuts du catalogage de la bibliothèque et médiathèque datent des années quatre-vingt-dix2 et en 1998, en vertu de la loi du 29 janvier 1998 qui fait de la Biennale une Société culturelle de droit privé, les Archives, appelées désormais ASAC, ont été reconnues comme un lieu de recherche et de consultation du fonds de deux sources multiples : les archives historiques, celles constituées tous les deux ans et la collection d’œuvres et d’archives, qui elle, est acquise au cours du temps auprès de collectionneurs et d’artistes.

Un des nombreux bâtiments de VEGA.

Selon le président de la Biennale, Paolo Baratta, lors de la première conférence « Archives and Exhibitions » en 2013, le fonds rassemble près de trois millions de documents historiques sur la Biennale de 1895 à nos jours. Sur la collection d’art et d’archives « acquise » au fil du temps (presse, périodiques, vidéos..), le chiffre est moins précis. Sur 500 000 photographies, 29 000 plaques auraient déjà été restaurées. Le fonds d’art serait composé de 4000 œuvres3 dont une large part est constituée de vidéos, restaurées et digitalisées. La médiathèque rassemblerait environ 21 000 enregistrements audio, dont un tiers est accessible sous format numérique. La bibliothèque, située elle non pas à VEGA mais au pavillon central Giardini dans Venise même, donne accès à un ensemble de 130 000 livres et catalogues.

La bibliothèque de la Biennale, Pavillon Central Giardini, Venise

Autrefois installé dans les Ca’Corner della Regina, restauré à partir de 2001, l’ASAC ouvre désormais ses portes trois jours par semaine aux chercheurs qui « ont le courage » de se rendre jusqu’à Porto Marghera. Avant 2008, les documents n’étaient plus consultables depuis des années. Lancée fin 2004, moment de la réorganisation des archives et du nouveau statut de la Biennale en fondation, la base de données ASACdati4 accessible en ligne est « censée » répondre aux demandes à distance. Le grand volume d’archives est une fois de plus ce qui est mis en avant. Pour l’accès aux archives, le mieux est de s’y rendre, comme partout.
Depuis 2010, la Biennale crée elle-même ses propres expositions à partir de ses archives au siège de la Fondation à Ca’Giustiniani, siège de la Fondation. Citons « Reapparances – Bodies, gestures and glances from the Stage of the Biennale, photo-album 1934-1976 » par Virgile Sieni en 2014, « Les « Arches » par Aldo Rossi (projets,affiches, documents d’archives) de David Chipperfield en 2012, ou encore « Vidéo moyen Intermedium, art de la vidéo à partir des collections de l’ASAC », par Bice Curiger en 2011.

Pour retrouver les beautés de Venise, il faut prendre à nouveau le bus. Attention : il s’arrête directement sur la voie d’autoroute…

L’arrêt de bus pour retourner à Venise, VEGA.
  1. Il est aussi possible de prendre le train []
  2. Le catalogage de la bibliothèque et des médias utilise les normes établies par la National Library Service (SBN). []
  3. L’ASAC accorde des prêts d’ordres à d’autres institutions dans le monde. []
  4. Précisons que l’interface a été développée en collaboration avec 3DEverywhere srl, du Département d’ingénierie informatique de l’Université de Padoue. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.