Archives par mot-clé : thèse

Conférence sur la rencontre entre J. H Lartigue et R. Avedon

Je présente jeudi prochain une conférence sur la rencontre entre Jacques Henri Lartigue et Richard Avedon au musée du Jeu de Paume à Paris. Cette présentation de deux heures (de 19h à 21h) s’inscrit dans le cycle de cours « De l’invention de la photographie aux images contemporaines » que propose le musée tout au long de l’année. Vous trouverez toutes les informations ici.

En 1968, Richard Avedon décide de publier « le grand livre de photographies » de Jacques Henri Lartigue, à partir de l’ensemble de ses albums. L’ouvrage sort en 1970, sous le titre Diary of a Century, révélant pour la première fois une œuvre qui traverse tout le siècle. La rencontre est décisive pour les deux artistes et leurs domaines de création.

Cette conférence sera aussi l’occasion de montrer la base de données sur Lartigue développée par mes soins en lien avec mon travail de thèse (2011-2013).
J. H Lartigue, « Richard Avedon, New York, novembre 1966 » © Ministère de la Culture-France/AAJHL.

Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon

Je suis heureuse d’annoncer que j’ai soutenu ma thèse « JACQUES HENRI LARTIGUE SOUS LE REGARD DE RICHARD AVEDON. La question de l’œuvre et de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970) » (sous la direction de M. Michel Poivert) le samedi 14 décembre 2013 à l’INHA à Paris. Reste maintenant à la publier…

0122V66-0123R66. Novembre 1966. Double-page de l’album 1966 de Lartigue, qui est ici invité par Avedon sur un shooting pour Vogue (avec le mannequin Verna Lisi) à Ministère de la Culture / AAJHL, France.

 

La recherche et le développement de la base de données Lartigue

 En 2000, Florette Lartigue, la dernière femme de Lartigue, a légué un important fonds d’archives à la Fondation de France. Un long travail de valorisation des archives a été alors entrepris pendant cinq ans. En collaboration avec l’Association des Amis de Jacques Henri Lartigue, j’ai créé et développé une base spécifique à Lartigue, regroupant images (de l’AAJHL) et archives des deux parties. Celle-ci s’est constituée en priorité autour de la collection des albums, que je considérais comme étant les plus représentatifs de son œuvre, par la profusion d’images (environ seize mille pages), les choix des compositions opérés par Lartigue et la durée dans le temps (de 1900 à 1986). La recherche, qui se concrétise désormais sous la forme d’une thèse universitaire a débuté par l’inventaire, la description et l’élaboration de liens multiples entre les albums et les archives (noms, dates, lieux). Plus de neuf mille numéros d’archives (correspondance) ont été indexés et plusieurs milliers de pages d’albums décrites. Les carnets et le journal intime tapuscrit ont été également archivés, ce qui a permis de constituer une base de données en rapport avec les évènements du quotidien de Lartigue sur près de soixante-dix ans. Il s’est également avéré pertinent de procéder à la construction d’une base permettant de rentrer par occurrence de mot dans le journal intime. Le développement de cette base, effectué de 2000 à 2005, s’est poursuivi de 2010 à aujourd’hui en parallèle de ce travail scientifique. Les deux vont ensemble. Ils font bloc. L’étude n’aurait pu se faire sans cet outil, qui s’est également enrichi des fruits de mes recherches.

 

La thèse

 En 1970, sort la deuxième monographie sur la photographie de Jacques Lartigue, Diary of a Century. Elle est conçue par Richard Avedon, de renommée internationale en tant que photographe de mode américain pour Harper’s Bazaar et Vogue. Lartigue n’est alors toujours pas considéré comme un véritable artiste. Grâce à Avedon, le public va découvrir pour la première fois une œuvre prolifique, ancrée dans la vie de l’artiste, avec des écrits personnels, des pages de carnet, des croquis et des images qui vont bien au-delà de la Belle Époque, période à laquelle la photographie de Lartigue avait été alors cantonnée, suite à l’exposition au Museum of Modern Art à New York en 1963.

Pour Avedon, lorsqu’il commence à préparer le livre, il semble évident qu’il est temps que Lartigue soit reconnu pour son « œuvre totale », celle des albums, que Lartigue a composés toute sa vie durant presque soixante-dix ans. Lors de leur première rencontre en 1966, Lartigue a soixante-douze ans et Avedon quarante-trois. Une génération les sépare. Cet écart est essentiel dans notre étude. Il  a fallu en effet une boucle, un cycle, de 1910 à 1970 pour que la photographie de Lartigue soit enfin consacrée en tant « qu’œuvre artistique ». C’est par ce renouvellement ou cette continuité des années dix durant les années soixante, dans ce contexte particulier, qu’une évolution de son œuvre se met en place. Nous déterminerons les nombreuses affinités entre le milieu d’Avedon, celui de la mode aux Etats-Unis dans les années soixante, et celui de Lartigue, en tant que jeune photographe mondain de la Belle Époque.

Notre étude porte essentiellement sur la question de l’œuvre et de l’album photographique de Lartigue, sous le regard d’Avedon. Celui-ci pour la première fois, en tant que personne extérieure au cadre familial de Lartigue et photographe célèbre de surcroît consultera l’intégralité des albums, classés, mis en page et légendés par Lartigue. En véritable « metteur en page » en plus de « découvreur » de ses images, Avedon réussira à inscrire la production lartiguinienne dans l’histoire du XXe siècle, mais aussi dans l’histoire d’une vie. Il fera de lui un artiste, l’auteur d’une œuvre-monument, exceptionnelle traversant tout le siècle. La vision d’Avedon, avec Diary of a Century, va influer sur la réception critique de l’œuvre de Lartigue, perçu dès 1972, comme l’auteur d’albums de famille, composés d’images-icônes et non plus seulement un simple dilettante naïf et précoce issu d’un milieu bourgeois.

Or, au même moment, Lartigue va transformer lui-même la structure de ses propres albums, en les démontant et remodelant. En sacralisant certains clichés, en les portant aux nues comme de véritables chef-d’œuvres, Avedon va bouleverser, sans le savoir la vision de Lartigue de ses propres albums, qui jusqu’ici gardaient vif un instant du passé. En cela, l’accumulation, la transformation et la modification continue des albums font œuvre. Sa vie durant, Lartigue va élaborer un véritable système d’écriture de soi. Ce ne sera plus le travail d’un amateur sérieux mais celui d’un artiste, élaborant un projet complexe et méthodique, une œuvre organisée et compliquée, questionnant le statut de l’image photographique entre l’icône et l’image multiple, entre l’image performée et authentique, entre art et amateurisme. Parler de cette lente évolution vers sa reconnaissance en tant qu’ « artiste-photographe », c’est aussi montrer à quel point, parce qu’il a œuvré de manière unique, il a su presque sans le vouloir, fabriquer une œuvre originale.