Archives par mot-clé : nothing personal

Avedon, Baldwin, Nothing Personal (1964) « Polémique photographique contre le racisme »

Le 14 mai prochain se tiendra une journée d’étude organisée par le CHCSC (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) à l’université de Versailles St Quentin en Yvelines sur l’image contestataire : les pouvoirs à l’épreuve de la culture visuelle XIXe – XXe siècle à laquelle j’ai été conviée.

Ma présentation concerne le livre de Richard Avedon et James Baldwin Nothing Personal sorti en 1964 et s’intitule : Avedon, Baldwin, Nothing Personal (1964) : « Polémique photographique contre le racisme ».

Avant  la série Hard Time réalisée entre 1969 et 1971 avec les portraits des Chicago Seven, Herbert Marcuse, Noam Chomsky  ou encore Jean Genet, Richard Avedon publie Nothing Personal en 1964. Le livre rassemble ses photographies (anonymes, politiciens, militants, artistes…) et  les textes de James Baldwin, figure du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis. Quelques années après The Family of Man de Steichen (1955) et The Americans de Robert Franck (1959), Nothing Personal sort à un moment où l’Amérique est marquée par des mouvements contestataires d’une ampleur sans précédent : la lutte pour les droits civiques, le rejet de la guerre du Vietnam, la contre-culture…

La proposition éditoriale ne convainc pas à l’époque. Les critiques reprochent au photographe de mode de jouer le jeu de l’élite médiatique et politique du pays. Or, la galerie de portraits reproduite dans Nothing Personal se veut profondément « confrontationnelle » entre les partisans et les adversaires du combat pour les droits civiques, entre les hommes de pouvoir et les anonymes. Le montage livre un point de vue véritablement contestataire. Les images agencées selon un principe polémique (par ex : Allen Ginsberg nu, la main levée dans un geste de paix (abhaya mudra) vs le commandant George Lincoln Rockwell, chef du parti néo-nazi américain face à ses soldats faisant le salut nazi) visent à la confrontation de manière virulente.

La proposition aura pour but d’interroger le statut contestataire de Nothing Personal, qui selon Avedon constituait une « polémique photographique contre le racisme ». En quoi les images et leur disposition enclenchent une remise en cause d’un ordre (social, institutionnel) ? Quelle forme de pouvoir la photographie « mise en page » peut-elle véhiculer (en rapport avec les tirages monumentaux d’Avedon (The Portraits of Power)) ?

Richard Avedon, James Baldwin, Nothing Personal, New York, Atheneum, 1964. Photos : Richard Avedon. Text: James Baldwin. Design: Marvin Israël.

Quelques double-pages se trouvent sur le site de la Fondation Avedon, NY.

La consultation vidéo du livre est disponible sur Youtube.