Archives par mot-clé : mémoire

Il y a un siècle… Un vendredi noté 60/100 dans la vie de Lartigue

Vendredi 2 janvier 1914

Couvert froid (0° à -3°). Un peu de neige.

10H. L. d. T. Je teleph à Charly (il va patiner à Versailles). Je teleph à Pigueron (ns irons faire du ski ensemble tantôt). J’écris à Rico. 12 ½ dej. (Mamie, ZYX, Madeleine). 1 ½ Je vais chez Pigueron. Mamie et Madeleine viennent et m’attende (sic) dans l’auto. J’y vois Pigueron et Mme Pigueron, De Rauch, M et Mme Bourgeois, Madeleine, Suz et Yvonne viennent. Nous partons tous. Je les présente à Mamie. (Moi avec Mamie et Mad dans notre auto). Ns allons à Ville d’Avray. Je pars en ski avec Germaine et Pigueron, de Rauch, Madeleine Bourgeois et Yvonne. Ns allons à travers les bois. Ns faisons de belles descentes : Mamie, Madeleine, M et Mme Bourgeois et Suz. Bourgeois ns suivent à pieds. 4 ¾ ns allons chez Cabassud où ns goûtons tous (chocolat). 5 ½ ns rentrons. Je me rhabille, pianola. Je marque. Je prépare le cinéma. 7 ¾ dîner. Je cale des films. 10 ½ C1.


Double-page de carnet 1914 par Lartigue, 2 et 3 janvier 1914 @ Ministère de la Culture, AAJHL, France.

 

Voici une retranscription de notes rédigées par Lartigue en 1914, dans son carnet, le vendredi deux janvier. Le temps est indiqué, ainsi que la température. Un petit dessin en haut à droite représente le ciel « couvert » avec « un peu de neige ».

Dans les années dix, Lartigue avait pour habitude de décrire ses journées succinctement. L’heure est précise ainsi que  les noms des personnes qui l’accompagnent. En ce deux janvier 1914, après le Lever (avec un grand L majuscule) et le déjeuner (avec un peu d), la matinée est occupée par le Travail (qui prend ici un grand T mais qui peut aussi certains jours être réduit à un simple petit t). Ce Travail consiste essentiellement à contacter les amis : il écrit des lettres, il leur téléphone. L’après-midi, il skie comme toutes jeunes personnes de bon-ton de la haute-bourgeoisie. Vers quatre heures, c’est l’heure du goûter au restaurant Cabassud2. Puis il « rentre », « se rhabille » et « marque ». Ou plutôt, il marque qu’il marque. Mais la journée n’est pas finie. Après le dîner, il va « caler » des films car le lendemain après le goûter il s’amusera à projeter ses propres films à ses amis. Puis, il se couche. La journée a duré dix heures et demi et se résume en une seule page de carnet. Une petite note en bas à gauche nous laisse deviner que la journée a été « réussie » : elle a la note de 60 sur 100, ce qui dépasse la moyenne…

C’est une journée sans photographie et sans cinéma pourtant… Il faudra attendre encore quelques jours avant que des images apparaissent dans les albums. En effet, la première page de l’album 1914 ouvre sur une photographie de paysage enneigé prise le 15 janvier, le jour où Lartigue arrive à Chamonix (la journée du 15 janvier est notée 62/100).

Ce fut une « bonne » journée : il a skié avec ses amies. Cette activité a été la plus mémorable. Elle résume à elle seule la journée. Le dessin qui accompagne le texte sur la moitié de la page de carnet signale bien ici son importance. Lartigue par le dessin en fait un événement3. Le dessin vient en complément de l’écriture. Il complète une mémoire défaillante, celle de tous les jours, celle qui serait écrite mais insuffisante. L’événement n’a pas été photographié. Le dessin comble ce « vide photographique ».

Une petite légende «  + Ski ! Germaine, Madeleine Bourgeois4 » nous indique que le « bonheur en plus » a été ce moment-là, précisément, à faire du ski avec Germaine et Madeleine. Sur la première page ouvrant le carnet 1914, Lartigue dresse la liste de ses annotations. On peut y lire : « + = du bonheur en plus ». Il précise aussi brièvement :  « en bas de la page note de 1 à 100 sur ce que j’ai été heureux (mais 50 c’est déjà un bonheur beaucoup beaucoup plus grand que la moitié) ».

Si 50 est plus grand que la moitié, alors 60 « marque » une bien belle journée avec « du bonheur en plus », pourtant sans photographie ni cinématographe…

J’en profite pour vous souhaiter à tous une année 100/100 en 2014!!

 

  1. Jacques H. Lartigue, notes, le 2 janvier 1914, carnet 1914, AAJHL, Paris. []
  2. L’établissement situé à Ville d’Avray, borde le lac et la forêt. En ce début de siècle, considéré comme l’un des restaurants les plus coquets des environs, il était fréquenté par la bonne société. Restauré après la Grande Guerre, il comprenait : « Deux beaux jardins ornés de bosquets et grands arbres, 14 cabinets, kiosques et chalets confortables, dont un en forme de Robinson. Appartements et chambres meublés, le tout ayant une vue très étendue. Un grand salon de 150 couverts, avec 14 ouvertures, pour noces et banquets est situé au milieu du jardin. Un réservoir d’eau de Seine tient à toutes heures du poisson frais et des écrevisses. Écurie et remise. Établissement de bains. » []
  3. Nous noterons en effet ici que sur la page suivante, celle du 3 janvier et légendée 55/100, ne figure aucun dessin… []
  4. Germaine et Madeleine Bourgeois sont sœurs avec Suzanne et Yvonne. Filles du célèbre fabriquant de gouaches et de peinture à l’huile, elles auront toute une activité sportive dans les années 10. Germaine, mariée à Francis Pigueron est joueuse de tennis. Elle jouera notamment en double avec Dupont au championnat de France de Paris en mai 1914. Madeleine, mariée à Didi de Rauch, sera elle aussi tenniswoman mais également styliste, spécialisée dans le sportswear. Elle sera créatrice de parfums  à la fin des années 20. Yvonne est peut-être la plus connue, en tant que championne de patinage. Elle sera championne de France en couple avec Louis Magnus en 1922 et 1923 et médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de 1924 à Paris aux côtés de Marguerite Broquedis. []