Archives par mot-clé : ETPH

Table ronde autour de Richard Avedon

Vendredi 2 décembre

BnF, site François Mitterrand,  Petit auditorium

Journée animée par les deux commissaires de l’exposition « La France d’Avedon, Vieux monde, New Look », Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard

Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie.

Chaque intervention sera suivie de discussions.

 

10h: Introduction

10h20 : Robert M. Rubin : Avedon, le commissaire de ses propres expositions

11h00-12h30 : Quentin Bajac et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée

14h-14h30 :     Neil Selkirk : Richard Avedon et ses collaborations

15h-15h30 :     Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School

16h-16h30:      Mark Lyon : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass

16h30-17h :     Discussions

 
—–

Plan lumière - Mark Gartland, image publiée dans American Photo, mars-avril 1994, p. 82
Plan lumière – Mark Gartland, image publiée dans American Photo, mars-avril 1994, p. 82


Robert M. Rubin  Avedon, le commissaire de ses propres expositions    

« La France d’Avedon, Vieux monde, New Look » offre un nouveau regard sur Avedon en tant qu’éditeur de photographies, la sienne dans les magazines Harper’s Bazaar puis Egoïste et celle de Jacques Henri Lartigue dans le livre Diary of a Century. Avedon maîtrisait l’art de la mise en page,  mais qu’en est-il de ses propres installations ? Sur près de quarante ans, Avedon s’évertuera à garder le contrôle sur la présentation de ses œuvres dans les institutions muséales, avec plus ou moins de succès.

Quentin Bajac (Conservateur en chef de la photographie, MoMA, NY) et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée

Quentin Bajac et Robert Rubin reviendront sur les rapports que le Museum of Modern Art de New York a entretenu avec Richard Avedon et son œuvre. La conversation évoquera les expositions, projets d’exposition, acquisitions, publications et correspondances qui ont jalonné une relation riche et parfois compliquée, de plus de cinquante ans, entamée en 1948, date de la première présentation d’une œuvre d’Avedon au MoMA.

Neil Selkirk (Photographe, documentariste, ancien assistant d’Avedon, NY) : Richard Avedon et ses collaborations

Richard Avedon fonctionna sa vie durant sur le mode collaboratif, qu’il maîtrisait invariablement, avec une grande habileté et un certain succès. Cette présentation sera l’occasion de diffuser des extraits inédits d’entretiens filmés avec d’anciens collaborateurs d’Avedon et des témoignages sur sa manière de travailler en équipe. 

Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School

Qui n’a pas rêvé de suivre des cours de photographie par correspondance donnés par Richard Avedon ? Il suffisait de s’inscrire à la Famous Photographers School au début des années soixante et tout se faisait ensuite par envoi postal. L’enseignement était complet : mode, portrait, reportage, photographies de site industriels, d’animaux… Les conseils techniques d’Avedon relayés dans les manuels d’enseignement, et accompagnés de nombreuses reproductions côtoient ceux d’Irving Penn, Alfred Eisenstaedt, Bert Stern, Philip Halsman ou encore Ezra Stoller.

Mark Lyon (Photographe, ancien élève d’Avedon, Paris) : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass

Un grand artiste peut-il enseigner l’art/son art ? Si oui, quelle est sa méthode et sa motivation ? La possibilité de participer à la dernière Masterclass de Richard Avedon en 1992 s’est avérée irrésistible. Je ne savais pas où cela me porterait, et ce que je pourrais découvrir de sa présence latente en moi.

—–

Entrée libre

Accès

 

La photographie dans Harper’s Bazaar (1927-1975)

Je suis l’heureuse bénéficiaire de la bourse de recherche Louis Roederer sur la photographie à la Bibliothèque nationale de France cette année.

Le projet porte sur la photographie au sein du magazine de mode américain Harper’s Bazaar. La BnF est l’un des seuls lieux en France à posséder une collection qui va de 1927 à nos jours.

Grâce à la toute nouvelle rédactrice en chef Carmel Snow en 1933, la photographie acquiert une place d’importance au sein des pages du magazine. Snow fait en effet intervenir dès son arrivée des personnalités qui figureront toutes parmi les grands noms de la photographie du XXe siècle : Martin Munkacsi (qui réalise pour la première fois des clichés de mode en extérieur), Henri Cartier-Bresson (qui obtient sa toute première commande dès 1935), Man Ray, George Hoyningen-Huene, Walker Evans puis après-guerre, Maurice Tabard, Louise Dahl-Wolfe, Brassaï, Cecil Beaton, Richard Avedon à partir de 1946 (qui deviendra le photographe-phare du magazine jusqu’en 1965), Lilian Bassman, Bill Brandt, Robert Frank, Saul Leiter, Diane Arbus, Hiro à partir des années soixante, Hans Namuth, Melvin Sokolsky, Frank Horvat, Jean-Loup Sieff ou encore Jacques-Henri Lartigue…

L’objectif premier de l’étude est de réaliser un inventaire précis sur la photographie dans les numéros du Harper’s Bazaar disponibles à la BnF. La deuxième phase aura pour objet la rédaction d’une publication scientifique, plus certainement un ouvrage, qui pourrait s’accorder avec un projet d’exposition. La contextualisation du Harper’s Bazaar sera déterminante pour comprendre les rapports entre la production d’images (le magazine a le rôle de producteur, c’est lui qui commande et « met en page » les images) et l’histoire du XXe siècle ainsi que l’histoire du médium photographique. L’enjeu de cette recherche est de générer avant tout une analyse des formes de la culture visuelle du XXe siècle au sens large, au-delà de la photographie de mode, du photoreportage ou de l’image publicitaire. Comment s’organisent deux approches souvent considérées comme antithétiques de la photographie dans la revue (la photo de mode jugée commerciale et fabriquée et le reportage associé au réalisme et à l’authenticité (une photo « prise sur le vif ») ? Quel type de récit raconte la photographie dans Harper’s Bazaar ? Comment s’organise-t-elle par rapport aux autres « médias » ou d’autres formes d’expression telles que la littérature ou le dessin ?  Enfin, de quelle manière la dynamique se crée et évolue dans une mise en page au cours du temps dans Harper’s Bazaar ?

En interrogeant le statut même de la photographie au sein des pages du magazine, la recherche portera avant tout sur une définition de la photographie telle qu’elle a été construite et développée par Harper’s Bazaar sur près de cinquante ans, des premières « grandes » années (les années trente) à 1975, au moment où les photographes cessent d’être leurs propres éditeurs.

 

Avedon, Baldwin, Nothing Personal (1964) « Polémique photographique contre le racisme »

Le 14 mai prochain se tiendra une journée d’étude organisée par le CHCSC (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) à l’université de Versailles St Quentin en Yvelines sur l’image contestataire : les pouvoirs à l’épreuve de la culture visuelle XIXe – XXe siècle à laquelle j’ai été conviée.

Ma présentation concerne le livre de Richard Avedon et James Baldwin Nothing Personal sorti en 1964 et s’intitule : Avedon, Baldwin, Nothing Personal (1964) : « Polémique photographique contre le racisme ».

Avant  la série Hard Time réalisée entre 1969 et 1971 avec les portraits des Chicago Seven, Herbert Marcuse, Noam Chomsky  ou encore Jean Genet, Richard Avedon publie Nothing Personal en 1964. Le livre rassemble ses photographies (anonymes, politiciens, militants, artistes…) et  les textes de James Baldwin, figure du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis. Quelques années après The Family of Man de Steichen (1955) et The Americans de Robert Franck (1959), Nothing Personal sort à un moment où l’Amérique est marquée par des mouvements contestataires d’une ampleur sans précédent : la lutte pour les droits civiques, le rejet de la guerre du Vietnam, la contre-culture…

La proposition éditoriale ne convainc pas à l’époque. Les critiques reprochent au photographe de mode de jouer le jeu de l’élite médiatique et politique du pays. Or, la galerie de portraits reproduite dans Nothing Personal se veut profondément « confrontationnelle » entre les partisans et les adversaires du combat pour les droits civiques, entre les hommes de pouvoir et les anonymes. Le montage livre un point de vue véritablement contestataire. Les images agencées selon un principe polémique (par ex : Allen Ginsberg nu, la main levée dans un geste de paix (abhaya mudra) vs le commandant George Lincoln Rockwell, chef du parti néo-nazi américain face à ses soldats faisant le salut nazi) visent à la confrontation de manière virulente.

La proposition aura pour but d’interroger le statut contestataire de Nothing Personal, qui selon Avedon constituait une « polémique photographique contre le racisme ». En quoi les images et leur disposition enclenchent une remise en cause d’un ordre (social, institutionnel) ? Quelle forme de pouvoir la photographie « mise en page » peut-elle véhiculer (en rapport avec les tirages monumentaux d’Avedon (The Portraits of Power)) ?

Richard Avedon, James Baldwin, Nothing Personal, New York, Atheneum, 1964. Photos : Richard Avedon. Text: James Baldwin. Design: Marvin Israël.

Quelques double-pages se trouvent sur le site de la Fondation Avedon, NY.

La consultation vidéo du livre est disponible sur Youtube.