Archives par mot-clé : archives

Moi, pauvre-Hartung-qui-n’avait-pas-eu-de-chance

Durant sept ans, j’ai eu le privilège de travailler sur les archives de la Fondation Hartung-Bergman à Antibes. Quand il a été question de réaliser l’analyse critique de l’Autoportrait en 2014, l’équipe de la Fondation et moi-même avons fait le choix de ne pas inclure de notes personnelles. Après avoir terminé les travaux sur la réédition, j’ai parcouru mes notes de recherche et j’ai eu le sentiment que toutes ces considérations subjectives laissées en dehors du livre, pouvaient constituer une curiosité scientifique. J’ai décidé de les compiler dans un essai. Maintenant que notre livre a été publié, les voici disponibles en complément à la publication.

—–

The study proposes a critical analysis of the book Autoportrait by Hans Hartung published in 1976 by Grasset. After working for seven years on Hans Hartung’s archives at the Hartung-Bergman Foundation,I have compiled a set of data that provides a new perspective on the diegetic construction and the remarks delivered in the book on the experience of the painter, Hartung.

 

Moi, pauvre-Hartung-qui-n’avait-pas-eu-de-chance

 

Hans-Guck-in-die-Luft (Heinrich Hoffmann: Der Struwwelpeter)

Les « interfaces numériques » dans la recherche d’aujourd’hui

La recherche dans le domaine des « digital humanities » se porte bien!!

J’ai été invitée à participer du 24 au 27 septembre dernier à des journées d’étude sur les interfaces à la Westfälische Wilhelms-Universität de Münster. Cet atelier sur les « interfaces numériques dans la recherche d’aujourd’hui », était organisé parmi de nombreux autres (interfaces phonétiques / les langues dans l’espace public francophone / Théophile Gautier zwischen Romantik und Moderne / Interfaces en-chantées : chanson et film dans le cinéma français …) lors du IXe congrès  de l’Association des francoromanistes allemands. Les interventions durant les trois journées étaient animées par Prof. Dr Elisabeth Burr (Leipzig) et Dr. Christof Schöch (Würzburg). Quatorze communications en français et allemand ont eu lieu, faisant intervenir une vingtaine de participants de disciplines (linguistique, langue, art, littérature..) et provenances différentes (Cologne, Leipzig, Paris, La Haye, Beirut, Göttingen, Bordeaux, Halle, Würzburg).

Voici les intitulés des nombreux intervenants :

Sascha Diwersy: Vers une linguistique variationnelle outillée – La base Varitext et le Corpus des variétés nationales du français

Julia Burkhardt, Aramis C. Durán, Elena Potapenko, Rebecca Sierig: FrItZ: Le corpus de la langue des journaux français et italiens de Leipzig – Développement et possibilité d’application d’un corpus de la presse écrite

Olga Kellert: Constructions avec c’est : une recherche dans les corpus

Dirk Siepmann, Christoph Bürgel: Das Corpus de Référence du français contemporain

Fleur Pfeifer: La communication scientifique ou: l’essai d’une méta-analyse

David Wrisley: Lieu, Temps, Réseau : la modélisation numérique des « géographies littéraires » du moyen âge français | présentation: http://zenodo.org/record/11925 | informations sur le projet: http://visualizingmedievalplaces.wordpress.org/

Sascha Diwersy: Elaboration assistée de modèles d’annotation : protocole et interface numérique

Marianne Le Galliard: Quand la maîtrise de l’outil informatique va de pair avec un projet de recherche sur la photographie de Jacques Henri Lartigue

Christof Schöch: L’histoire du genre policier à travers ses “topics” | présentation:https://zenodo.org/record/11895?ln=en | informations sur le projet: http://clgs.hypotheses.org

Suzan van Dijk: Collaborations rendues possibles grâce à Internet

Lars Schneider, Christof Schöch: La plate-forme romanistik.de comme interface numérique

Mokhtar Ben Henda & Henri Hudrisier: TEI et humanités digitales en milieu linguistique franco-maghrébin

Susanne Schütz / Marcus Pöckelmann: IT-Werkzeuge zur Unterstützung elektronischer Edition am Beispiel eines französischen Textes aus dem 18. Jahrhundert

J’y présentais la base Lartigue, développée par mes soins :

Quand la maîtrise de l’outil informatique va de pair avec un projet de recherche sur la photographie de Jacques Henri Lartigue

La base de données sur l’œuvre photographique de Jacques Henri Lartigue développée depuis 2003 a permis récemment de changer de point de vue sur les albums de famille construits de 1890 à 1986. L’outil numérique créant des liens entre les images (pages d’albums, tirages photo, dessins) et archives (correspondance, notes, journal intime) a été entièrement conceptualisé et construit par un chercheur-développeur, maîtrisant les code xml et html et programmant la base en fonction de ses  propres besoins scientifiques. La saisie, les numérisations, la création des liens, la mise en forme des affichages, les indexations ont été entièrement effectuées par celui-ci. Les découvertes ont fait l’objet d’une thèse universitaire intitulée « Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon. La question de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970) ».

La présentation proposera un descriptif de la base de données personnalisée à l’œuvre de Lartigue.  On est ici dans le cas d’une interface regroupant un corpus monographique d’une grande cohérence : l’ensemble de la production est accessible (16 000 pages d’albums, dessins et peintures  photographiés) ainsi que le corpus d’archives relatives à l’œuvre : les agendas et journaux intimes de 1911 à 1986 (scannés), la correspondance (9000 documents scannés) et la presse (articles de presse scannés). L’outil a d’abord cette fonction de regrouper toutes les données dans une même unité, le tout est scanné pour faciliter la lecture. Un grand volume de données peut être ainsi appréhendé rapidement par des visualisations mettant sur le même plan images et données historiques. En mettant ainsi à plat une très grande quantité de données diverses, l’interface numérique engage véritablement des problématiques de recherche. Elle serait en quelconque sorte l’équivalent d’une grande table de travail sur laquelle sont posés des milliers de documents, à la différence près qu’ici, il est possible de les visionner en très grand nombre d’un coup, de changer leur emplacement, de les faire se confronter sans cesse, de les classer et reclasser à l’infini.

En prenant en compte des données extérieures provenant de recherches spécifiques (archives consultées dans des institutions, archives privées…), en permettant surtout de conserver et de retrouver l’information (qui est l’un des soucis majeurs dans la recherche), l’outil s’avère être bien plus qu’une banque de données mais enclenche directement des réflexions, qui elles-mêmes engagent le développement de la base informatique.

On est ici dans un cas de projet de recherche intimement lié au développement d’une interface numérique monographique. L’enrichissement est double : les informations saisies dans la base et les connexions ainsi mises en place génèrent des problématiques de recherche qui elles-mêmes nourrissent la base de données. Le va-et-vient entre les deux est incessant : la saisie et la lecture des données vont de pair.

Dans le cas de Lartigue, l’étude a surtout montré, en déployant de multiples affichages de milliers d’images album par album, que les albums, loin d’être de simples albums de famille constitués au fil du temps, s’organise au sein d’un système complexe, de démontage et remontage, sous l’influence d’un autre artiste, Richard Avedon.

Je souhaite ici remercier Elizabeth et Christof ainsi que tous les intervenants pour la qualité des échanges et l’atmosphère chaleureuse partagée durant ces trois jours de travail.

L’ASAC (Archivio Storico delle Arti Contemporanee), ses archives, son lieu

Arrivée à VEGA, le long de l’autoroute et du chemin de fer. Porto Marghera.

Tout le monde sait que la recherche implique patience, ténacité, concentration et surtout une grande motivation. Quitter Venise pour se rendre à l’ASAC, reconnaissons-le est douloureux : le lieu est bien loin du charme vénitien. Situé à Porto Marghera, il faut prendre le bus à Piazzale Roma, puis sortir à Libertà (20 mn de trajet), traverser l’autoroute pour accéder à VEGA, grand parc technologique dédié aux sciences1. Là-bas, on s’y perd et l’environnement est quelque peu hostile. Il n’y rien à voir si ce n’est des bureaux et des laboratoires. En effet, le complexe rassemble près de 200 entreprises spécialisées dans les nano et biotechnologies, les télécommunications et médias numériques. A sein de cette énorme infrastructure se situe l’ASAC, les archives historiques d’art contemporain de la Biennale de Venise.

L’ASAC, à Porto Marghera

Inaugurées en 1928 sous le nom d’ « Institut historique de l’art contemporain », la Biennale s’est ainsi dotée d’une structure spécifique chargée de la préservation du fonds documentaire relatif à ses évènements. Les débuts du catalogage de la bibliothèque et médiathèque datent des années quatre-vingt-dix2 et en 1998, en vertu de la loi du 29 janvier 1998 qui fait de la Biennale une Société culturelle de droit privé, les Archives, appelées désormais ASAC, ont été reconnues comme un lieu de recherche et de consultation du fonds de deux sources multiples : les archives historiques, celles constituées tous les deux ans et la collection d’œuvres et d’archives, qui elle, est acquise au cours du temps auprès de collectionneurs et d’artistes.

Un des nombreux bâtiments de VEGA.

Selon le président de la Biennale, Paolo Baratta, lors de la première conférence « Archives and Exhibitions » en 2013, le fonds rassemble près de trois millions de documents historiques sur la Biennale de 1895 à nos jours. Sur la collection d’art et d’archives « acquise » au fil du temps (presse, périodiques, vidéos..), le chiffre est moins précis. Sur 500 000 photographies, 29 000 plaques auraient déjà été restaurées. Le fonds d’art serait composé de 4000 œuvres3 dont une large part est constituée de vidéos, restaurées et digitalisées. La médiathèque rassemblerait environ 21 000 enregistrements audio, dont un tiers est accessible sous format numérique. La bibliothèque, située elle non pas à VEGA mais au pavillon central Giardini dans Venise même, donne accès à un ensemble de 130 000 livres et catalogues.

La bibliothèque de la Biennale, Pavillon Central Giardini, Venise

Autrefois installé dans les Ca’Corner della Regina, restauré à partir de 2001, l’ASAC ouvre désormais ses portes trois jours par semaine aux chercheurs qui « ont le courage » de se rendre jusqu’à Porto Marghera. Avant 2008, les documents n’étaient plus consultables depuis des années. Lancée fin 2004, moment de la réorganisation des archives et du nouveau statut de la Biennale en fondation, la base de données ASACdati4 accessible en ligne est « censée » répondre aux demandes à distance. Le grand volume d’archives est une fois de plus ce qui est mis en avant. Pour l’accès aux archives, le mieux est de s’y rendre, comme partout.
Depuis 2010, la Biennale crée elle-même ses propres expositions à partir de ses archives au siège de la Fondation à Ca’Giustiniani, siège de la Fondation. Citons « Reapparances – Bodies, gestures and glances from the Stage of the Biennale, photo-album 1934-1976 » par Virgile Sieni en 2014, « Les « Arches » par Aldo Rossi (projets,affiches, documents d’archives) de David Chipperfield en 2012, ou encore « Vidéo moyen Intermedium, art de la vidéo à partir des collections de l’ASAC », par Bice Curiger en 2011.

Pour retrouver les beautés de Venise, il faut prendre à nouveau le bus. Attention : il s’arrête directement sur la voie d’autoroute…

L’arrêt de bus pour retourner à Venise, VEGA.
  1. Il est aussi possible de prendre le train []
  2. Le catalogage de la bibliothèque et des médias utilise les normes établies par la National Library Service (SBN). []
  3. L’ASAC accorde des prêts d’ordres à d’autres institutions dans le monde. []
  4. Précisons que l’interface a été développée en collaboration avec 3DEverywhere srl, du Département d’ingénierie informatique de l’Université de Padoue. []