Dries Van Noten : éclats d’inspiration

…Comme de longs échos qui de loin se confondent
 Dans une ténébreuse et profonde unité,
 Vaste comme la nuit et comme la clarté,
 Les parfums, les couleurs et les sons se répondent…

(Charles Baudelaire, Correspondances)

The Garden : Summer Flower (coll femme 2005-06, robes du soir (Poiret, Mugler), Untitled de Christopher Wool (1993)

« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent » aux Arts décoratifs de Paris en ce moment avec l’exposition « Dries Van Noten : inspirations » consacrée au designer belge Dries Van Noten. Il ne reste que peu de jours pour la voir. Heureusement, elle a été prolongée jusqu’au 2 novembre.

Depuis mars, le musée offre une vue singulière sur le travail du créateur sous l’angle de ses inspirations. Issu de l’Académie de la mode d’Anvers dans les années 80 et faisant partie du « groupe des six » (avec Ann Demeulemeester, Marina Yee, Walter van Beirendonck, Dirk Van Saene et Dirk Bikkembergs), Dries Van Noten est réputé pour créer lui-même ses propres tissus et imprimés : « Vous n’imaginez pas combien il est important de déterminer les bonnes bases de tissu, car la couleur n’a pas le même caractère sur de la soie ou sur du coton. »1

L’aspect étonnant de l’exposition tient en deux choses : premièrement les œuvres qu’on y voit : des vêtements des archives Dries Van Noten à côté de pièces « historiques »  du musée des Arts déco et surtout d’œuvres d’art de période et provenance différente. Deuxièmement, la présentation qui  fait intervenir à chaque fois ces trois éléments sur le même plan. Par exemple, sous le thème « Butterflies » qui présente la collection homme printemps-été 2000, on peut voir un ensemble du soir de Schiaparelli de 1937, un tableau de Johannes Bosschaert de 1627 (Nature morte en panier de fleur renversé) à côté de Rapture de Damien Hirst de 2003 et d’extraits vidéo des films Les chariots de feu de Hugh Hudson et Orange mécanique de Kubrick.

L’exposition comme carnet de notes

Sur deux étages, se succèdent une vingtaine de thématiques (punk, gold, graphic, Francis Bacon, the garden, folklore …) regroupant des œuvres d’art et des vêtements sous forme de petits ensembles traduisant l’inspiration du designer de ses débuts à nos jours. L’exposition n’a rien d’une rétrospective mais plutôt comme l’affirme l’artiste, « d’un travail d’introspection, une réflexion sur moi-même ».2

La scénographie semble isoler chaque « famille » dans une sorte d’intimité. Il y aurait une forme de complicité, un dialogue entre les pièces et cette étrange communion des éléments définirait l’œuvre même de Dries Van Noten par des correspondances d’ordre purement subjectives, tantôt graphiques (gold, graphic) tantôt thématiques (the kiss, the piano, orientalism) :

« Il s’agit juste d’être touché par l’œuvre de quelqu’un d’autre et de la transférer ailleurs, ce qui est aussi subjectif que personnel. Dans mon travail, les influences sont tellement plus nombreuses qu’il serait réducteur de ne montrer que des associations directes, de ne présenter que le vrai Balenciaga ou le vrai Dior »3

En effet, transparait une certaine mobilité dans l’ensemble, comme une mise à plat d’images réunissant des éléments qui pourraient très bien appartenir à d’autres montages. L’exposition prend ici la forme d’un carnet de notes où on y constitue des ensembles, des associations sans lien « directs » évidents. Chaque « lot » se rapproche d’un paysage, mais d’un paysage sans profondeur. En effet, l’absence d’objets en trois dimensions est particulièrement évidente : aucune sculpture n’est présentée  à l’exception des vêtements eux-mêmes. Or ceux-ci ne peuvent être vus que sous un seul angle, de face …4 Le regard s’arrêterait donc sur une présentation essentiellement bidimensionnelle, celle d’un grand tableau: « Il fallait donc que nous intégrions également un autre type d’iconographies, comme la photographie, la vidéo, des éléments moins prestigieux pour rétablir l’équilibre »5.

La vidéo, la photographie pour « rétablir l’équilibre »… Pourquoi pas ?

Vidéos et photographies servent un même objectif: elles participent à l’unité de chaque lot. Les vidéos s’insèrent entre les pièces vestimentaires et la photographie, très souvent agrandie, sert de fond de scène. Elle est sol dans la famille « The Kiss » mêlant clichés de Man Ray (Le Baiser de 1923), de Doisneau (le baiser de l’hôtel de ville de 1950), d’Eisenstaedt, de Morrissey ou encore de Wim Delvoye… Elle est arrière-plan : la photo de l’atelier de Francis Bacon par Perry Ogden 1998 ou encore l’autoportrait de Cecil Beaton, 1930. Les vidéos sous différents formats s’insinuent dans l’ensemble, tantôt projetées directement sur la vitre, tantôt sur le fond. Des films de cinéma, des films d’art, des spectacles (Nelken de Pina Bausch (1982), Rain de Keersmaeker (Rosas, 2001))..

Or la 2D caractérise  -et ce n’est pas un hasard- le travail de Dries van Noten, davantage porté sur l’imprimé et le tissu que sur l’architecture d’un vêtement. Le choix d’une scénographie insistant davantage sur l’image en 2D plutôt que la sculpture s’avère approprié. C’est en cela que l’exposition se rapproche du cahier de notes, dans lequel les images se succèdent, se confondent pour finalement raconter un processus de création.

Graphic

L’exposition comme processus de création

Car là est l’originalité de l’exposition. L’inspiration est à double-sens. La collection femme printemps été 2010-2011 aurait des analogies avec le fameux Tailleur Bar de Dior de 1947, la Vénus Bleue de Klein de 1963, les films Sueurs Froides d’Hitchcock de 1958 ou encore Howards End de James Ivory de 1992 et aussi les objets contemporains en métal de Cornelia Parker (Alter Ego) de 2010.

Mais l’inspiration peut aussi agir de manière rétroactive : un tableau de Jason Martin de 2012 et une photographie de James Reeve (Lightscapes, 2005) sous le thème Folklore côtoie des pièces de  la collection femme de 1998 (aux côtés d’un manteau de femme Pirpiri de Grèce réalisé en 1900, un tableau de Picasso (Taureau, 1945) et une robe de Balenciaga de 1956). Un tableau de Thierry de Cordier (La mer montée de 2011) comme élément constitutif du groupe « The Piano » pour la collection femme printemps été 1999, est présenté à côté de la casserole de moules noires de Marcel Broodthaers de 1968, du film de Jane Campion, La leçon de piano de 1993, un échantillon de broderies de Lesage pour Schiaparelli de 1952 ou encore un vêtement de la collection Worth de 1895.

L’exposition en cela, pourrait avoir deux fonctions : dresser le portrait d’un créateur en dévoilant ses sources d’inspiration diverses, évitant la ligne généralement adoptée de la rétrospective logique et linéaire (d’un point à un autre, suivant un parcours réglé et cohérent) et servir de table de travail pour l’artiste au sein de sa propre création. Point de finalité ici mais plutôt une manière de nourrir la créativité en effectuant cette mise-à-plat d’un travail de plus de trente ans.

Les époques se fondent, se répondent. Le tout s’entremêle, se côtoie dans une joyeuse organisation.

Orientalism : coll femme automne-hiver 2012-13, robe de cour Chine XIXè siècle, manteau du soir 1923, Club de Bernard Frize (2006)

L’exposition comme un bouquet de fleurs, une fête, un moment de joie

« Le point de départ peut être très littéral ou bien abstrait : une peinture, une couleur, la pensée de quelqu’un, un geste, une odeur, une fleur tout finalement. Ce qui importe, c’est tout le cheminement qui se poursuit à partir de ce premier éclair d’inspiration jusqu’à l’objectif final, les vêtements particuliers, la collection. »6

Les images, les couleurs, les formes, les ensembles. Tout stimule notre plaisir purement rétinien. Sous verre, un bouquet de chapeaux à plumes nous fait l’effet d’une cage à oiseaux. Plus loin, un jardin de robes de grands créateurs a été planté avec des pièces de Balenciaga, Nina Ricci, Pierre Cardin… Les murs sont recouverts de parterres de fleurs réalisés par Makato Azuma (spécialement commandés pour cette installation). Des curiosités : comme l’ensemble de bijoux fantaisie d’Iris Apfel, des vitrines de chaussures (les souliers du baron Alexis de Rédé de 1950-1990), les documents graphiques issus de l’atelier de Francis Bacon. Des voyages dans l’espace (Mexique, Espagne..) et dans le temps (d’une robe de cour d’été pour homme de Chine, du XIXe siècle à un tableau de Bernard Frize de 2006) des personnalités (Bowie, Cocteau), des traditions, des matières (or, marbre..)…

The Garden : Feathers

C’est un parcours en intensité qui se fait. Une fête pour l’imagination. C’est joyeux, éclatant, inspiré, chaleureux, drôle, optimiste… L’inspiration peut opérer sous forme d’éclat, et l’exposition, plutôt que de répondre à des questions, fonctionnant alors en vase-clos, s’apparente davantage à un bouquet, qu’on offre, comme ça en passant, juste pour le plaisir des yeux et le plaisir d’offrir…

« Quelque chose se passe ou ne se passe pas. Il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre, rien à interpréter. C’est du type branchement électrique. »7

« Dries Van Noten : inspirations » est cela. Radieuse et éclatante. Une fête pour les yeux.

  1. Interview de Dries Van Noten par Charlotte Brunel, L’Express, 3 mars 2014. []
  2. Dries Van Noten, entretien avec Pamela Golbin, http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/mode-et-textile/expositions-70/actuellement-447/dries-van-noten-inspirations/entretien-avec-dries-van-noten-par []
  3. Dries Van Noten, Idem. []
  4. La vitre en verre, l’éclairage directionnel et la disposition groupée ne permettent pas au spectateur de voir les tenues autrement qu’en deux dimensions []
  5. Dries Van Noten, Idem. []
  6. Dries Van Noten, idem. []
  7. Gilles Deleuze, « Lettre à un critique sévère », Pourparlers, Paris, Les Editions de Minuit, 1990, p. 17. []

Les « interfaces numériques » dans la recherche d’aujourd’hui

La recherche dans le domaine des « digital humanities » se porte bien!!

J’ai été invitée à participer du 24 au 27 septembre dernier à des journées d’étude sur les interfaces à la Westfälische Wilhelms-Universität de Münster. Cet atelier sur les « interfaces numériques dans la recherche d’aujourd’hui », était organisé parmi de nombreux autres (interfaces phonétiques / les langues dans l’espace public francophone / Théophile Gautier zwischen Romantik und Moderne / Interfaces en-chantées : chanson et film dans le cinéma français …) lors du IXe congrès  de l’Association des francoromanistes allemands. Les interventions durant les trois journées étaient animées par Prof. Dr Elisabeth Burr (Leipzig) et Dr. Christof Schöch (Würzburg). Quatorze communications en français et allemand ont eu lieu, faisant intervenir une vingtaine de participants de disciplines (linguistique, langue, art, littérature..) et provenances différentes (Cologne, Leipzig, Paris, La Haye, Beirut, Göttingen, Bordeaux, Halle, Würzburg).

Voici les intitulés des nombreux intervenants :

Sascha Diwersy: Vers une linguistique variationnelle outillée – La base Varitext et le Corpus des variétés nationales du français

Julia Burkhardt, Aramis C. Durán, Elena Potapenko, Rebecca Sierig: FrItZ: Le corpus de la langue des journaux français et italiens de Leipzig – Développement et possibilité d’application d’un corpus de la presse écrite

Olga Kellert: Constructions avec c’est : une recherche dans les corpus

Dirk Siepmann, Christoph Bürgel: Das Corpus de Référence du français contemporain

Fleur Pfeifer: La communication scientifique ou: l’essai d’une méta-analyse

David Wrisley: Lieu, Temps, Réseau : la modélisation numérique des « géographies littéraires » du moyen âge français | présentation: http://zenodo.org/record/11925 | informations sur le projet: http://visualizingmedievalplaces.wordpress.org/

Sascha Diwersy: Elaboration assistée de modèles d’annotation : protocole et interface numérique

Marianne Le Galliard: Quand la maîtrise de l’outil informatique va de pair avec un projet de recherche sur la photographie de Jacques Henri Lartigue

Christof Schöch: L’histoire du genre policier à travers ses “topics” | présentation:https://zenodo.org/record/11895?ln=en | informations sur le projet: http://clgs.hypotheses.org

Suzan van Dijk: Collaborations rendues possibles grâce à Internet

Lars Schneider, Christof Schöch: La plate-forme romanistik.de comme interface numérique

Mokhtar Ben Henda & Henri Hudrisier: TEI et humanités digitales en milieu linguistique franco-maghrébin

Susanne Schütz / Marcus Pöckelmann: IT-Werkzeuge zur Unterstützung elektronischer Edition am Beispiel eines französischen Textes aus dem 18. Jahrhundert

J’y présentais la base Lartigue, développée par mes soins :

Quand la maîtrise de l’outil informatique va de pair avec un projet de recherche sur la photographie de Jacques Henri Lartigue

La base de données sur l’œuvre photographique de Jacques Henri Lartigue développée depuis 2003 a permis récemment de changer de point de vue sur les albums de famille construits de 1890 à 1986. L’outil numérique créant des liens entre les images (pages d’albums, tirages photo, dessins) et archives (correspondance, notes, journal intime) a été entièrement conceptualisé et construit par un chercheur-développeur, maîtrisant les code xml et html et programmant la base en fonction de ses  propres besoins scientifiques. La saisie, les numérisations, la création des liens, la mise en forme des affichages, les indexations ont été entièrement effectuées par celui-ci. Les découvertes ont fait l’objet d’une thèse universitaire intitulée « Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon. La question de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970) ».

La présentation proposera un descriptif de la base de données personnalisée à l’œuvre de Lartigue.  On est ici dans le cas d’une interface regroupant un corpus monographique d’une grande cohérence : l’ensemble de la production est accessible (16 000 pages d’albums, dessins et peintures  photographiés) ainsi que le corpus d’archives relatives à l’œuvre : les agendas et journaux intimes de 1911 à 1986 (scannés), la correspondance (9000 documents scannés) et la presse (articles de presse scannés). L’outil a d’abord cette fonction de regrouper toutes les données dans une même unité, le tout est scanné pour faciliter la lecture. Un grand volume de données peut être ainsi appréhendé rapidement par des visualisations mettant sur le même plan images et données historiques. En mettant ainsi à plat une très grande quantité de données diverses, l’interface numérique engage véritablement des problématiques de recherche. Elle serait en quelconque sorte l’équivalent d’une grande table de travail sur laquelle sont posés des milliers de documents, à la différence près qu’ici, il est possible de les visionner en très grand nombre d’un coup, de changer leur emplacement, de les faire se confronter sans cesse, de les classer et reclasser à l’infini.

En prenant en compte des données extérieures provenant de recherches spécifiques (archives consultées dans des institutions, archives privées…), en permettant surtout de conserver et de retrouver l’information (qui est l’un des soucis majeurs dans la recherche), l’outil s’avère être bien plus qu’une banque de données mais enclenche directement des réflexions, qui elles-mêmes engagent le développement de la base informatique.

On est ici dans un cas de projet de recherche intimement lié au développement d’une interface numérique monographique. L’enrichissement est double : les informations saisies dans la base et les connexions ainsi mises en place génèrent des problématiques de recherche qui elles-mêmes nourrissent la base de données. Le va-et-vient entre les deux est incessant : la saisie et la lecture des données vont de pair.

Dans le cas de Lartigue, l’étude a surtout montré, en déployant de multiples affichages de milliers d’images album par album, que les albums, loin d’être de simples albums de famille constitués au fil du temps, s’organise au sein d’un système complexe, de démontage et remontage, sous l’influence d’un autre artiste, Richard Avedon.

Je souhaite ici remercier Elizabeth et Christof ainsi que tous les intervenants pour la qualité des échanges et l’atmosphère chaleureuse partagée durant ces trois jours de travail.