Tous les articles par Marianne Le Galliard

Moi, pauvre-Hartung-qui-n’avait-pas-eu-de-chance

Durant sept ans, j’ai eu le privilège de travailler sur les archives de la Fondation Hartung-Bergman à Antibes. Quand il a été question de réaliser l’analyse critique de l’Autoportrait en 2014, l’équipe de la Fondation et moi-même avons fait le choix de ne pas inclure de notes personnelles. Après avoir terminé les travaux sur la réédition, j’ai parcouru mes notes de recherche et j’ai eu le sentiment que toutes ces considérations subjectives laissées en dehors du livre, pouvaient constituer une curiosité scientifique. J’ai décidé de les compiler dans un essai. Maintenant que notre livre a été publié, les voici disponibles en complément à la publication.

—–

The study proposes a critical analysis of the book Autoportrait by Hans Hartung published in 1976 by Grasset. After working for seven years on Hans Hartung’s archives at the Hartung-Bergman Foundation,I have compiled a set of data that provides a new perspective on the diegetic construction and the remarks delivered in the book on the experience of the painter, Hartung.

 

Moi, pauvre-Hartung-qui-n’avait-pas-eu-de-chance

 

Hans-Guck-in-die-Luft (Heinrich Hoffmann: Der Struwwelpeter)

Table ronde autour de Richard Avedon

Vendredi 2 décembre

BnF, site François Mitterrand,  Petit auditorium

Journée animée par les deux commissaires de l’exposition « La France d’Avedon, Vieux monde, New Look », Robert M. Rubin et Marianne Le Galliard

Cette journée de rencontres et d’échanges se donne pour objet d’enrichir le travail de compréhension autour de l’œuvre photographique de Richard Avedon à travers sa relation avec les musées, notamment le MoMA et son rôle en tant que commissaire de ses propres expositions, collaborateur et professeur de photographie.

Chaque intervention sera suivie de discussions.

 

10h: Introduction

10h20 : Robert M. Rubin : Avedon, le commissaire de ses propres expositions

11h00-12h30 : Quentin Bajac et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée

14h-14h30 :     Neil Selkirk : Richard Avedon et ses collaborations

15h-15h30 :     Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School

16h-16h30:      Mark Lyon : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass

16h30-17h :     Discussions

 
—–

Plan lumière - Mark Gartland, image publiée dans American Photo, mars-avril 1994, p. 82
Plan lumière – Mark Gartland, image publiée dans American Photo, mars-avril 1994, p. 82


Robert M. Rubin  Avedon, le commissaire de ses propres expositions    

« La France d’Avedon, Vieux monde, New Look » offre un nouveau regard sur Avedon en tant qu’éditeur de photographies, la sienne dans les magazines Harper’s Bazaar puis Egoïste et celle de Jacques Henri Lartigue dans le livre Diary of a Century. Avedon maîtrisait l’art de la mise en page,  mais qu’en est-il de ses propres installations ? Sur près de quarante ans, Avedon s’évertuera à garder le contrôle sur la présentation de ses œuvres dans les institutions muséales, avec plus ou moins de succès.

Quentin Bajac (Conservateur en chef de la photographie, MoMA, NY) et Robert M. Rubin : Richard Avedon et le MoMA : une chronologie commentée

Quentin Bajac et Robert Rubin reviendront sur les rapports que le Museum of Modern Art de New York a entretenu avec Richard Avedon et son œuvre. La conversation évoquera les expositions, projets d’exposition, acquisitions, publications et correspondances qui ont jalonné une relation riche et parfois compliquée, de plus de cinquante ans, entamée en 1948, date de la première présentation d’une œuvre d’Avedon au MoMA.

Neil Selkirk (Photographe, documentariste, ancien assistant d’Avedon, NY) : Richard Avedon et ses collaborations

Richard Avedon fonctionna sa vie durant sur le mode collaboratif, qu’il maîtrisait invariablement, avec une grande habileté et un certain succès. Cette présentation sera l’occasion de diffuser des extraits inédits d’entretiens filmés avec d’anciens collaborateurs d’Avedon et des témoignages sur sa manière de travailler en équipe. 

Marianne Le Galliard : Avedon et la Famous Photographers School

Qui n’a pas rêvé de suivre des cours de photographie par correspondance donnés par Richard Avedon ? Il suffisait de s’inscrire à la Famous Photographers School au début des années soixante et tout se faisait ensuite par envoi postal. L’enseignement était complet : mode, portrait, reportage, photographies de site industriels, d’animaux… Les conseils techniques d’Avedon relayés dans les manuels d’enseignement, et accompagnés de nombreuses reproductions côtoient ceux d’Irving Penn, Alfred Eisenstaedt, Bert Stern, Philip Halsman ou encore Ezra Stoller.

Mark Lyon (Photographe, ancien élève d’Avedon, Paris) : Richard Avedon, le professeur : la dernière Masterclass

Un grand artiste peut-il enseigner l’art/son art ? Si oui, quelle est sa méthode et sa motivation ? La possibilité de participer à la dernière Masterclass de Richard Avedon en 1992 s’est avérée irrésistible. Je ne savais pas où cela me porterait, et ce que je pourrais découvrir de sa présence latente en moi.

—–

Entrée libre

Accès

 

À LIRE

La France d’Avedon, Vieux monde, New Look / Avedon’s France: Old World, New Look

Écrit et édité par Robert M. Rubin and Marianne Le Galliard

800 pages, 185 x 150 mm, approx 580 images

Éditions : BnF /Seuil (édition fr) / Abrams (édition US)

Concept et Design par COMA Amsterdam / New York
An intimate portrait of Avedon’s lifelong engagement with the culture, art, literature, cinema and fashion of France.

en français ici, mais pour ceux qui sont patients, je recommande la version anglaise, beaucoup moins chère.

 

 

LARTIGUE, l’élégance photographique

Écrit par Marianne Le Galliard

96 pages, 230 x 210 mm

Éditions Somogy

Un nouveau regard sur les débuts de la photographie de Jacques Henri Lartigue.

À l’orée du XXe siècle, la Parisienne en promenade au Bois de Boulogne symbolise la quintessence de l’élégance. Elle est cet élan de vie qui entraîne tout sur son passage. Fasciné par les dernières nouveautés de mode, les exploits sportifs, les journaux illustrés ou encore les actualités filmées, Lartigue assemble et organise ses photographies au sein d’albums.

Comme dans un film, les mouvements s’enchaînent en séquence : glissades, sauts, galipettes, embardées et dérapages. Ces pages d’albums offrent un spectacle amusant et vivant, l’instantanéité étant sans cesse renouvelée.

L’essai appuyé sur une connaissance rare et minutieuse des albums de Lartigue  en dévoile la nature essentiellement dynamique, véritable invention de l’élégance photographique.